Outils de gestion efficace de l’énergie

partager sur :

Energie

Outils de gestion efficace de l’énergie

ÉVALUATION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE

L’instauration d’un programme de gestion de l’énergie au sein d’une entreprise est la première mesure à prendre dans le but d’améliorer le rendement énergétique de vos installations. Un tel programme doit comprendre les éléments suivant:

  • création d’un cadre de gestion;
  • surveillance de l’usage existant;
  • la vérification du rendement énergétique;
  • la mise en œuvre des recommandations;
  • la surveillance.

L’analyse du rendement énergétique n’est qu’un seul élément du programme et, à ce titre, l’analyse ne peu pas à elle seule, permettre de réaliser l’objectif principal qui est l’économie d’énergie. il faut d’abord mettre en place un cadre de gestion afin de s’assurer que les ressources nécessaires sont disponibles et que les directives voulues ont été donnés pour permettre de réaliser les Possibilités de Gestion de l’Énergie qui seront identifiée.

La réalisation des opérations de vérification du rendement énergétique au sein d’une entreprise dépend:

  • des ressources disponibles;
  • du temps disponible;
  • des compétences disponibles;
  • de l’engagement de la haute direction.

le vérificateur devrait obtenir le mandat voulut de la part de la direction avant de commencer sa mission.

Par ailleurs, il est essentiel que l’on donne suite aux résultats de la vérification si l’on veut pouvoir améliorer le rendement énergétique de son installation. Dans le but de permettre la mise en œuvre graduelle des mesures préconisées, les consultants-experts de High Tech Environment les classent en trois catégories distinctes:

  • les PGE de maintenance et d’entretien;
  • les PGE à faible coût;
  • les PGE par rénovation.

L’accompagnement de High Tech Environment comporte l’élaboration d’un programme de surveillance permanente qui permettrait de s’assurer que les améliorations visées par l’instauration des mesures sont réalisées et maintenues. Un contrôle des progrès réalisés est procédé par comparaison des objectifs de consommation et ceux fixés à l’aide des paramètres de référence. C’est ainsi que la mise en place d’un système de surveillance et d’objectifs contribue de façon importante à la réalisation d’économies d’énergies.

 

COMPTABILITÉ DE LA GESTION ÉNERGÉTIQUE
Pour atteindre le rendement économique maximum de le gestion énergétique, les cadres responsables de la consommation d’énergie dans les usines et dans les édifices doivent pouvoir suivre et comparer l’efficacité énergétique de leurs exploitations. Tout comme la gestion financière exige que les indices financiers soient mesurés et qu’il en soit rendu compte, la gestion énergétique devrait inclure la vérification de l’efficacité et du rendement énergétique. Il est important de surveiller les rendements énergétiques bruts et nets. Il faut toutefois remarquer que touts les changements du rendement énergétique ne sont pas le résultat de décisions basées sur des considérations de gestion de l’énergie.

Les professionnels de High Tech Environment accompagnent les entreprises et les organisations des secteurs industriels, commerciaux et institutionnels dans leurs efforts d’élaboration et d’utilisation d’un système approprié de comptabilisation de l’énergie pouvant mesurer

l’efficacité énergétique et le rendement énergétique. Notre offre permet aux cadres d’identifier des possibilités d’amélioration de l’efficacité de l’utilisation de l’énergie. C’est en effet un système de comptabilisation uniforme qui s’applique aux entreprises composées d’une seule ou de plusieurs unités de production. Pour Plus de renseignement, prendre contact avec nos équipes.

 

FINANCEMENT DE PROJETS D’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
Les termes « marchés de services éconergétiques », « contrat de services

éconergétiques » et « économies d’énergie garanties » sont fréquemment

utilisés en matière de financement. Ils désignent tous le même principe :

lorsqu’un projet d’améliorations éconergétiques est terminé, c’est à même les

économies d’énergie qui en résultent que son coût est remboursé. Peu importe

le nom qu’on lui donne, ce type de contrat représente pour les entreprises,

notamment du secteur industriel, une façon novatrice et créative de financer

d’importants projets visant l’efficacité énergétique sans avoir à débourser de

l’argent avant leur mise en oeuvre.

 

ANALYSE FINANCIÈRE ÉNERGÉTIQUE

Défis

Comment exploiter le potentiel énergétique disponible pour les besoins de développement durable de l’Afrique?

Comment mobiliser les investissements pour réaliser des infrastructures énergétiques viables et durables ainsi que des services énergétiques décentralises en vue d’assurer un meilleur accès des populations a l’énergie?

 

PLANIFICATION ET GESTION DE L’ÉNERGIE
ENGAGEMENT DE L’ORGANISATION STRUCTURE DE GESTION FORMATION ET MISE EN ŒUVRE  ANALYSE DES INVESTISSEMENTS MARKETING ET MOTIVATION CONTROLE ET CIBLAGE
 

 

 

4

   PLATINE

 

Politique énergétique élaborée, existence de plans d’action passés en revue à intervalles réguliers.

Engagement de la haute direction et l’efficacité énergétique fait partie intégrante de la stratégie d’ensemble.

L’efficacité énergétique est totalement intégrée dans la structure de gestion.

Existence d’une délégation claire des pouvoirs et de la responsabilité pour réduire le gaspillage d’énergie.

La discrimination positive favorise les investissements afin de réduire le gaspillage d’énergie, et une analyse complète des investissements est effectuée concernant tous les biens consommateurs d’énergie dans les nouvelles installations et les rénovations. Les projets d’efficacité énergétique sont terminés comme prévu, le personnel est totalement formé pour exploiter les installations et le matériel est au maximum de son efficacité, et existence d’un programme complet de formation et de perfectionnement du personnel.  

Recours, à intervalles réguliers, de canaux de communication officiels, à la fois à l’intérieur de l’organisation, pour renforcer les avantages de la réduction du gaspillage d’énergie.

Des systèmes<appropriés et fiables servent à établir des objectifs, à contrôler la consommation, à relever les défaillances, à quantifier les économies, à pister les budgets, à gérer les projets, et à se tenir au fait des nouvelles technologies.
 

 

 

 

3

OR

 

 

Politique énergétique élaborée, existence de quelques plans d’action, mais aucun engagement sérieux de la part de la, haute direction.

 

Un gestionnaire de l’énergie a été nommé, et est responsable devant un comité de gestion présidé par un cadre supérieur. Le comité se réunit à intervalles irréguliers.

 

Des projets d’efficacité sont terminés comme prévu. Le personnel reçoit de la formation sur des matériels précis, selon les besoins. Il n’existe pas de programme de formation permanent.

 

Dès que tous les investissements en immobilisations clés ont été faits, on accorde de l’attention aux investissements en efficacité énergétique.

Le gestionnaire de l’énergie discute d’efficacité énergétique avec de grands utilisateurs finals d’énergie, et quelques affiches extérieures et brochures d’information sont mises à la disposition des membres du personnel intéressé. Des rapports mensuels de contrôle et de ciblage sont produits pour chaque établissement en fonction du compteur auxiliaire. Les utilisateurs finals d’énergie ne connaissent pas le contenu des rapports sur les économies, et il  n’existe aucun pistage sur les nouvelles technologies.
 

 

 

2

ARGENT

 

 

Il y’a eu proposition de politique énergétique mais elle n’a pas été adoptée, et elle n’a pas attiré l’attention d’un cadre supérieur.

 

 

Le gestionnaire des installations relève d’un comité spécial, mais aucun cadre supérieur n’y participe.

Des projets ne sont entrepris que si un fournisseur de matériels peut promettre un programme de remboursement à court terme, et que s’il consent à dispenser la formation de base nécessaire aux membres du personnel directement intéressés par les nouveaux matériels. On ne tient compte des investissements en efficacité énergétique que si la période de remboursement est rapide et que le fournisseur consent à se rembourser à partir des économies d’énergie réelles, et que l’organisation ne prend aucun risque financier.  

Le gestionnaire des installations, pour sensibiliser des cadres intermédiaires de temps en temps, passe en revue avec eux l’efficacité énergétique.

Les rapports de contrôle et de ciblage trimestriels sont basés sur une répartition estimative du total des coûts de service public. Le gestionnaire des installations passe en revue les coûts avec le comité à intervalle irrégulier.
 

 

1

BRONZE

 

Le personnel des installations se conforme à un ensemble de lignes directrices non écrites pour faire du mieux qu’il peut avec peu ou pas de financement

La gestion de l’énergie est la responsabilité à temps partiel de quelqu’un dont les pouvoirs sont limités pour atteindre des résultats significatifs. Des articles sans coût et à faible coût sont effectués à intervalles irréguliers. La formation est laissée entièrement à l’initiative de membres individuels du personnel, pourvu que cela ne nuise pas à leur calendrier de travail Seuls les articles à faible coût font l’objet d’un financement, le budget équivaut à moins de 5% des frais annuels d’énergie, et d’autres types d’articles budgétaires ne dépassent pas le budget. Des rencontres non officielles ont lieu à intervalles irréguliers pour discuter de secteurs ou le gaspillage d’énergie est évident.  

Les coûts annuels de service public sont comparés à ceux des années antérieures pour relever des changements importants.

 

0

JE-M’EN-FOUTISME

 

Aucune politique explicite ou préoccupation au sujet du gaspillage d’énergie.

 

Aucun effort actif  n’est entrepris pour réduire le gaspillage d’énergie.

Aucun projet n’est prévu, on ne tient pas compte même des articles sans coût et à faible coût, et le personnel n’est pas incité à suivre des cours de formation sur la façon de réduire le gaspillage d’énergie.  

Il n’a aucunement été prévu d’investir dans l’efficacité énergétique.

 

L’efficacité énergétique n’est pas un sujet de discussion ou d’intérêt dans l’organisation.

On ne piste pas les coûts de l’énergie, et on les considère comme un coût inévitable et non gérable d’exploitation.